Share Button

Proverbes, adages, sentences, apophtegmes

Il y a deux manières d’enseigner la vérité aux hommes : l’une est voilée et mystérieuse, l’autre est nue et toute simple. Les anciens étaient passionnés pour lu première, aussi cachaient-ils souvent la morale sous le voile de l’allégorie. Tout ce qu’il y avait d’excellents écrivains aimaient a déguiser leurs leçons sous des fictions agréables et ingénieuses. Les auteurs sacrés ont imité l’exemple des auteurs profanes; et l’Écriture elle-même est pleine de paraboles et de figures. Les proverbes, ou plutôt les sentences de Salomon en sont ornées jusqu’à profusion. Si l’on recherche attentivement quel pouvait être le principe de cette passion que les anciens avaient pour les allégories et les fictions, on trouvera qu’il prend sa source dans une grande connaissance du cœur humain. Les hommes ont une aversion secrète et naturelle pour la vérité, surtout lorsqu’elle les blesse dans les endroits les plus sensibles, dans leur amour-propre, dans leurs penchants secrets et dans leurs passions. Les anciens, convaincus que les hommes fuient la vérité surtout lorsqu’elle les blesse dans les endroits les plus sensibles, dans leur amour-propre, dans leurs penchants secrets et dans leurs passions. Les anciens, convaincus que les hommes fuient la vérité avec autant d’ardeur qu’ils s’attachent au mensonge, les regardaient comme de grands enfants qui ont un goût naturel pour les fables, et ils les traitaient en conséquence. Nous avons beau affecter une imposante gravité, et dissimuler notre penchant, nous n’avons pas beaucoup dégénéré des anciens sur cet article. On ne peut donc les blâmer de s’être attachés de préférence à cette manière allégorique de faire goûter la vérité et la morale.

  1. Recevoir une mercuriale
  2. Aller chercher quelqu’un avec la croix et ta bannière
  3. Faire de pennon bannière
  4. Planter le mouchon
  5. Elle a laissé délier sa ceinture
  6. C’est le nœud gordien
  7. Enfants, compagnons de la mate
  8. C’est une Phryné
  9. Il ressemble au chien de Jean de Nivelle
  10. Armé comme un Jacquemar
  11. Mettre en rang d’Ognon
  12. Il est comme Languille de Melun
  13. C’est un coup de Jarnac
  14. Plus crasseux que Patrocle
  15. Les oiseaux de Psaphon
  16. Rendre les armes à saint Georges
  17. Il est comme l’âne de Buridan
  18. Donner un soufflet à Ronsard
  19. Patatra, monsieur de Nevers
  20. Il a plus fait que Charles en France
  21. Le quart d’heure de Rabelais
  22. C’est un Claude
  23. Résolu comme Bartole
  24. Le prenez-vous par là, madame Hérault
  25. Bourbon marche devant
  26. Laissez faire à Georges
  27. Colère du père Duchesne
  28. Habitans de Lagny, combien vaut Lorges?
  29. Les épinards de monsieur de Vendôme
  30. Il en est ceint sur le cul comme Martin de Cambray
  31. Ah! le bon billet qu’a la Châtre
  32. Il faut l’envoyer à saint Mathurin
  33. Vieux comme Hérode
  34. Il ressemble à Tournemine
  35. Il est comme saint Jacques de l’Hôpital
  36. Ce n’est pas le Pérou
  37. Il est comme les juges de Padoue
  38. Bâtir des châteaux en Espagne
  39. Allez vendre vos coquilles à ceux qui n’ont point été à Saint-Michel
  40. On ne s’amende pas pour aller à Rome
  41. Rome ne fut pas bâtie en un jour
  42. A quelque chose malheur est bon
  43. Dans tout ce que tu fais, considère la fin
  44. Morte la bête, mort le venin
  45. Qui choisit prend le pire
  46. Bonne renommée vaut mieux que ceinture dorée
  47. Si vieillesse pouvait et jeunesse savait
  48. Dis-moi qui tu fréquentes, et je te dirai qui tu es
  49. Il faut avoir l’esprit de son état
  50. Les honneurs changent les mœurs
  51. Hâtez-vous lentement, festina lente
  52. Une faut pas jeter le manche après la cognée
  53. Il ne faut pas péter plus haut que le cul
  54. Trop de précaution entraîne trop de soin
  55. Il ne faut pas croire tout ce qu’on voit
  56. Qui trop embrasse mal étreint
  57. Bon sang ne peut mentir
  58. Qui mal veut, mal lui arrive
  59. Il vaut mieux ne rien faire que de faire des riens
  60. Il fait la pluie et le beau temps dans une maison
  61. Faites ce que je dis, et non ce que je fais
  62. La faim assaisonne tous les mets
  • Texte et Proverbes : M.C. Mery – 1828

Et pouquoi ne pas s'offrir (ou offrir) un livre de fables ? :

couverture-guy-le-ray-******alain-gautron****** lanciot-patrick****** chadeyras-hean